Les fétes de fin d’année sont-elles synonyme de prise de poids ?

Les fétes de fin d’année sont-elles synonyme de prise de poids ?

Dans l’année 2000 des chercheurs des Instituts nationaux de la santé (NIH) de Bethesda ont montré sur la base d’une petite étude qui portait sur 195 personnes un gain de poids supplémentaire lors des fêtes de fin d’année. En effet, durant cette période, le gain de poids serait pour les fétards equivalent/ou moins de 500 g. “Effectivement, cela ne semble pas très important », dit le Dr Jack Yanovski, à l’origine de cette publication. « Mais ce qui nous a frappé, c’est que ce poids supplémentaire n’a pas été perdu au cours des douze mois qui ont suivi. »
La période des Fêtes est l’occasion de manger et boire plus souvent, ce qui augmente l’apport calorique rapidement. Dans cette étude du “New England Journal of Medicine”, les plus gourmands,sont les candidats à la prise de poids la plus considérable.
Les Fêtes sont une période au cours de laquelle l’activité physique est mise à l’écart. Or l’étude montre que les personnes qui conservent même entre Noël et le Jour de l’An un bon niveau d’activité physique parviennent à éliminer le poids pris à cette période.
De plus, les nuits blanches, le manque de sommeil pourraient aussi expliquer que l’on grossit en fin d’année. Lorsqu’on l’on manque de sommeil, le niveau de plusieurs hormones lipolytiques diminue, donc ce qui créer une diminution de l’oxydation du gras., donc du stoakage adipeux.
Enfin le froid aggrave la situation. Certaines foyers sont surchauffées et, du point de vue du tour de taille, c’est une erreur. L’organisme est contraint de depenser plus de calories lorsque la température avoisine 17-20° C que lorsqu’elle dépasse les 22-24° C.