Bio-Ashwaganda

Bio-Ashwaganda

L’ashwagandha (Withania somnifera), aussi appelée ginseng blanc ou indien, est utilisée depuis des milliers d’années en médecine ayurvédique, principalement comme plante adaptogène. C’est la plante la plus largement utilisée en médecine ayurvédique. Elle aide l’organisme à mieux faire face au stress physiologique et psychologique. L’ashwagandha a montré un effet normalisateur, tonifiant et revitalisant sur l’organisme, dans plusieurs études.

Par voie orale, l’ashwagandha a deux applications principales

• Système nerveux

C’est une plante adaptogène, ayant à la fois un effet tranquillisant et un effet stimulant. Grâce à cette combinaison, elle peut également être utilisée dans l’épuisement surrénalien, où l’on observe à la fois une réduction des taux de cortisol et de la DHEA. Des études montrent que, en un mois, les niveaux de DHEA et de cortisol augmentent considérablement. Plusieurs études démontrent également des propriétés d’amélioration de la puissance, ce qui est évidemment une conséquence logique de ce qui précède.

• Système immunitaire

Des études montrent que cette plante régule le système immunitaire, de sorte qu’elle est utilisée en transplantation d’organes et dans les maladies auto-immunes. Elle active des anticorps ayant des propriétés cytotoxiques contre les cellules mutées et, bien sûr, elle est également utilisable dans toutes les maladies chroniques.

Les effets perceptibles se manifestent en premier lieu par une dépendance à encore plus de stress, qui donne un regain d’énergie. Ensuite, l’énergie s’épuise, le dynamisme se réduit et la fatigue s’accroît. En fin de compte, les conséquences sont le burn-out, le syndrome de fatigue chronique (SFC), la fibromyalgie, les maladies auto-immunes ou d’autres maladies chroniques.

Tous ces tableaux nosologiques se caractérisent par un épuisement surrénalien. Dans la gestion de cette affection, le traitement de la surrénale est une priorité.

L’ashwagandha est l’une des rares plantes adaptogènes qui peuvent aussi être prises dans la troisième phase, l’épuisement réel. Beaucoup de plantes revitalisent sans le soutien apaisant, donnant un faux sentiment de récupération

de l’énergie.