Parasites

Parasites

En biologie, lorsqu’un organisme vivant se nourrit, se reproduit et subsiste au détriment d’un autre organisme, on parle de parasitisme. Une grande partie de la population, 85 % selon certains, est porteuse de parasites et souffre des problèmes qu’ils causent. Il est bien connu que les parasites se nourrissent aux dépens de leur hôte, privant ce dernier de beaucoup de nutriments bénéfiques. La conséquence peut être une sensation de fatigue et de faim extrême.

Malheureusement, cette épidémie parasitaire est liée à notre mode de vie moderne. Notre eau de boisson, nos aliments exotiques, l’augmentation de la consommation d’antibiotiques et d’immunosuppresseurs, les voyages internationaux etc. en sont les complices.

Les symptômes qui se présentent chez un porteur de parasites sont reconnaissables : diarrhée, ballonnement, douleurs abdominales, flatulence, vomissements, fatigue, et faim insatiable. La difficulté est que les tests classiques ne peuvent pas toujours montrer la présence de parasites. Certains médecins prescrivent pourtant un traitement sur la base des symptômes. Mais chez beaucoup de personnes dont les tests sont négatifs, les parasites ne sont pas détectés. Par conséquent, ceux-ci ont le champ libre et ils peuvent rendre toxique le tissu infesté. Leur présence peut avoir un impact négatif sur le système immunitaire, et être la cause d’allergies, d’un taux trop bas de sucre sanguin ou hypoglycémie, et de fatigue chronique.

Il existe un certain nombre d’autres symptômes pouvant indiquer la présence de parasites. Nous pensons ici aux démangeaisons dans le nez, l’anus ou les oreilles, à l’impuissance chez l’homme, à la perte d’appétit, au ralentissement des réflexes, aux troubles de la concentration ou de la mémoire, aux douleurs dans la poitrine, aux palpitations, à une sensibilité ou une douleur au niveau de l’ombilic, à un appétit excessif, aux troubles visuels, aux douleurs dans les épaules ou les cuisses, à la constipation et aux brûlures d’estomac, aux menstruations douloureuses, aux grincements de dents, à l’excès de salivation pendant le sommeil, et à l’énurésie chez l’enfant. On observe aussi souvent une toux sèche persistante, sans expectorations. Elle est généralement nocturne, et les sirops antitussifs sont inefficaces. Des enfants ont même été traités pour de l’asthme, alors que les symptômes ont disparu après un traitement antiparasitaire. Les symptômes peuvent aller et venir, mais tant qu’une personne est infectée, elle restera contagieuse. La transmission peut se faire par les mains.

Différentes combinaisons de plantes sont efficaces contre les parasites, dont le potiron, le noyer noir et l’ail. L’argent colloïdal est également un puissant antiparasitaire, Pour lutter efficacement contre les parasites, il est préférable de suivre plusieurs cures, avec à chaque fois un produit actif différent. À titre d’exemple : 4 semaines de Bio-Para, 4 semaines d’Argentyn 23, 4 semaines d’ADP. Le programme doit toujours être complété par des probiotiques pour assainir la flore intestinale.

« D’après moi, les parasites sont responsables du problème de santé le plus négligé de l’histoire de l’humanité. Je sais que c’est une déclaration audacieuse, mais je peux me prévaloir de 20 ans d’expérience et de 20 000 patients examinés. » (Dr Ross Anderson, médecin canadien)

« J’ai vu des cas de rémission d’eczéma après éradication des vers intestinaux, des accidents vasculaires cérébraux causés par un seul ver – l’ascaris – qui avait pénétré dans le cerveau. La présence d’ascaris dans les poumons est une cause d’asthme. Des cas de schizophrénie et de dépression sont provoqués par des parasites qui se nichent dans le cerveau. Des cas de diabète sont déclenchés par l’Eurytrema pancreaticum, qui se trouve couramment sur les animaux d’élevage. Des migraines sont liées à l’anguillule, un ver. Beaucoup de problèmes cardiaques sont occasionnés par la dirofilaria, un ver nématode. » (Dr Hulda Regehr Clark)