Jusqu’à 50% plus de risques de démence avec des somnifères

Jusqu’à 50% plus de risques de démence avec des somnifères

Les personnes âgées qui prennent des somnifères ont 50% plus de risques de souffrir de démence. Et pourtant, de plus en plus de personnes de plus de 65 ans prennent des somnifères ou des benzodiazépines pour lutter contre l’insomnie ou l’anxiété.

Les somnifères sont souvent associés à un risque accru de chutes, de problèmes de mémoire, de crises de panique et de décès prématuré.

Beaucoup de gens prendrait des somnifères pendant une période trop longue. Plusieurs scientifiques plaident même en faveur d’une interdiction de prescription des somnifères vu que la liste des effets secondaires qui y sont associés ne cesse de s’allonger.

Neurotransmetteurs

Les neurotransmetteurs sont des substances qui sont secrétées dans notre cerveau et qui assurent la transmission des messages entre les neurones.

Ainsi, ces substances régulent par exemple nos humeurs, notre appétit, notre sommeil et notre réaction à la douleur.

Les benzodiazépines changent la manière dont les messages sont transmis au cerveau. Ils ont un effet calmant. Mais ils influencent également les neurotransmetteurs du cerveau, ce qui peut provoquer de la démence.

Au cours des 10 dernières années, le nombre de personnes devenues dépendantes aux somnifères et aux calmants a pratiquement doublé.

Il existe d’autres substances apaisantes naturelles sûres qui peuvent être utilisées, telles que par exemple la mélatonine, le L-Tryptophane, l’association VHP (valériane, houblon et passiflore) et Bio-Ashwaghanda.

 

Source : Hln.be